Loge l’Union Parfaite N°29

Franc Maçonnerie Universelle

A la Gloire du Grand Architecte de l’Univers Grande Loge Mixte Nationale


Historique


Définition: On appelle franc-maçonnerie un ensemble polymorphe de phénomènes historiques et sociaux formant un espace de sociabilité qui recrute ses membres par cooptation et pratique des rituels initiatiques faisant référence à un secret maçonnique et à l'art de bâtir.

Difficilement traçable historiquement, elle semble apparaître en Écosse puis en Angleterre au XVIIème siècle. Elle se décrit, suivant les époques, les pays et les formes, comme une « association essentiellement philosophique et philanthropique », comme un « système de morale illustré par des symboles » ou comme un « ordre initiatique ».


Organisée en obédiences depuis 1717 à Londres, la franc-maçonnerie dite spéculative — c'est-à-dire philosophique — fait référence aux Anciens Devoirs de la maçonnerie dite opérative formée par les corporations de bâtisseurs qui édifièrent, entre autres, les cathédrales.
Elle prodigue un enseignement ésotérique, progressif à l'aide de symboles et de rituels et souhaite être adogmatique.

Elle encourage ses membres à œuvrer pour le progrès de l'humanité, tout en laissant à chacun de ses membres le soin de préciser à sa convenance le sens de ces mots. La bienfaisance est l'un de ses moyens d'action.
Sa vocation se veut universelle bien que ses pratiques et ses modes d'organisation soient extrêmement variables selon les pays et les époques.

Elle réunit, dans de nombreux pays répartis sur toute la surface du globe, des personnes qui se sont donné pour but de travailler à leur amélioration spirituelle et morale. Elle s'est structurée au fil des siècles autour d'un grand nombre de rites et de traditions, ce qui a entraîné la création d'une multitude d'obédiences qui ne se reconnaissent pas toutes entre elles.


On sait qu'en France au Moyen-Age, les métiers étaient groupés en corporations et que chaque corporation comportait la hiérarchie des Apprentis, des Compagnons et des Maîtres. L'une des corporations les plus vénérables était assurément celle des bâtisseurs ou Maçons qui construisirent, notamment, les cathédrales. D'elle, nous viennent les trois Grades maçonniques actuels, devenus "symboliques", comme aussi nos symboles tirés de l'art de bâtir (Compas, Equerre, Maillet, Ciseau, Levier, Truelle, Tablier, etc.) et le mot  "Loge" lui-même.


L'imagination aidant, on a cru longtemps que cette Franc-Maçonnerie "opérative" occultait de mystérieuses doctrines ésotériques, venues de l'Orient. C'est là une légende, dont la moderne critique historique a fait justice. Les plus anciens documents maçonniques, tel le poème du Regius (XIVème siècle) infirment cette hypothèse. Une autre erreur consiste à confondre la Maçonnerie avec le Compagnonnage.


Pour les anciens Maçons, leur art se rattachait mystiquement à la construction du TempIe de Jérusalem et au Roi Salomon, d'où le terme d'Art Royal pour qualifier la Maçonnerie. Lorsque, sur le continent, le style gothique déclina, la vénérable corporation se maintint dans la traditionaliste Angleterre. Ce fut en 1717 que quatre Loges londoniennes fusionnèrent pour fonder la première Grande Loge, dont, en 1723, le Rev. James Anderson écrivit les fameuses Constitutions, charte de la Maçonnerie spéculative moderne. Comment la transition s'était elle faite entre la Maçonnerie opérative médiévale et cette dernière? Grâce à l'institution dite de "l'Acceptation", particulièrement pratiquée au XVlème et XVllème siècles.


C'était là un honorariat, conférant le titre de Maçon à des membres étrangers à l'art de bâtir, en général à des amateurs distingués ou à des mécènes. Lorsque ceux-ci finirent par devenir une écrasante majorité, l'évolution se trouva achevée. A la construction en pierre se substitua l'idéal d'une mise en chantier allégorique. Le travail sur la Pierre brute en vue de la rendre cubique prit la haute signification spirituelle et morale qui lui est restée, et qui est le but même de l'ordre.


Au XVIIlème siècle, la Maçonnerie essaima des îles Britanniques sur les autres parties du globe.